fr

Des discours de lycéens autour d’« Égalité filles-garçons, parlons-en ! »

Début 2018, le lycée Jean Puy à Roanne (42) a accueilli l’expo-quiz® « Égalité filles-garçons, parlons-en ! ». Les élèves de 2nde 5 ont écrit des discours sur l’égalité filles-garçons et les ont rassemblés dans un numéro spécial du journal de leur lycée. Christophe Mas, professeur de français, nous en dit plus.

Comment vous est venue l’idée de faire rédiger à vos élèves des discours sur l’égalité filles-garçons ?

Les 2nde travaillent chaque année sur le discours argumentatif, un sujet qui tombe souvent au baccalauréat en écriture d’invention. Le programme de français demande que les élèves s’exercent sur des discours des 17e et 18e siècle, mais j’aime proposer des sujets d’actualité pour intéresser les élèves. Les années précédentes, j’avais proposé des thèmes comme le développement durable, le droit de vote à seize ans et le travail le dimanche.
L’expo-quiz® « Égalité filles-garçons, parlons-en ! » était à ce moment-là exposée au CDI du lycée. Mes collègues d’Histoire-géographie devaient l’utiliser dans le cadre de leurs cours. Je suis allé voir l’expo-quiz®. Je l’ai trouvée claire et bien faite. J’ai pensé que cela pourrait être une bonne base pour l’exercice d’argumentation.

En quoi consistait l’exercice ?

J’ai d’abord demandé aux élèves de se rendre aux CDI sur leurs heures de pause. Ils étaient chargés de me ramener le plus possible d’arguments qui montraient l’existence d’inégalités entre les filles et les garçons. J’ai ramassé leurs notes et vérifié s’ils avaient bien compris la thématique.
Puis, je leur ai donné un travail à faire chez eux et à me remettre quelques semaines après. Le sujet était : « En tant qu’élu du CVL* de votre lycée, vous avez l’occasion de vous adresser à une centaine de vos camarades. Vous prononcez un discours devant cet auditoire afin qu’il prenne conscience du nécessaire engagement des jeunes en faveur de l’égalité entre les filles et les garçons. » Ils avaient le droit de faire des recherches complémentaires sur Internet s’ils le souhaitaient.
Cet exercice préparatoire pour le bac avait deux objectifs : la qualité des arguments et des exemples, et le respect des caractéristiques de la forme discursive.

Que s’est-il passé après le rendu des copies ?

J’ai constaté que beaucoup d’élèves avaient dépassé les attentes de l’exercice type bac. Marie-Françoise Châtre, la documentaliste, a eu l’idée de valoriser ce travail en publiant les meilleures copies dans le journal du lycée. Cela permettrait aux élèves des autres classes de lire ces travaux.
J’ai choisi dix élèves pour la qualité de leur travail. Il se trouve qu’il s’agissait de neuf filles et d’un garçon, entre autres parce que notre lycée compte plus de filles. Les élèves ont tous accepté. Nous avons utilisé deux heures d’accompagnement personnalisé en salle informatique pour la reformulation, la correction de la syntaxe et la mise au propre des textes. Ensuite, pendant leurs heures de permanence, les élèves ont vu avec la documentaliste comment intégrer leurs discours au journal en ligne. L’une des élèves a même fait le dessin de la quatrième de couverture.

Quel effet a eu cet exercice sur les élèves ?

J’ai discuté avec une maman d’élève : elle m’a expliqué que sa fille avait abordé le sujet de l’égalité filles-garçons pendant le repas. J’ai bien vu que les élèves s’étaient beaucoup investis. Cela a probablement créé des discussions avec l’entourage.
Pour ce qui est des élèves publiés dans le journal du lycée, ils sont très contents. Plusieurs d’entre eux ont décidé avec un grand enthousiasme de reprendre les rênes du journal cette année.

*Conseil de la Vie Lycéenne (CVL) : organisme élu par les lycéens qui anime la vie du lycée.

Extrait du numéro spécial du journal, que vous pouvez consulter en cliquant ici.

Début 2018, le lycée Jean Puy à Roanne (42) a accueilli l’expo-quiz® « Égalité filles-garçons, parlons-en ! ». Les élèves de 2nde 5 ont écrit des discours sur l’égalité filles-garçons et les ont rassemblés dans un numéro spécial du journal de leur lycée.