fr

Dans l’Oise, les expo-quiz® donnent envie aux élèves et aux parents de venir au Point d’information jeunesse de l’Atelier 17

Betty Roussin est responsable au Point d’information jeunesse de l’Atelier 17 à la Communauté de communes des pays d’Oise et d’Halatte (60). Depuis 2014, elle utilise « Mon futur au présent, parlons-en ! », « Vivre en société, parlons-en ! » et « Égalité filles-garçons, parlons-en ! » durant ses interventions.

Betty Roussin est responsable au Point d’information jeunesse de l’Atelier 17 à la Communauté de communes des pays d'Oise et d'Halatte (60). Depuis 2014, elle utilise « Mon futur au présent, parlons-en ! », « Vivre en société, parlons-en ! » et « Égalité filles-garçons, parlons-en ! » durant ses interventions.

Avant tout, qu’est-ce que l’Atelier 17 de la Communauté de Communes ?

L’Atelier 17 est un service de proximité à l’attention de tous les publics. C’est un lieu unique où les usagers sont accompagnés dans leurs démarches de la vie quotidienne. De l’information à l’accompagnement, l’Atelier 17 articule présence humaine et outils numérique.
Cela fait presque six ans que l’Atelier 17 est, par ses missions, un véritable centre de ressources pour le développement numérique, la médiation numérique et l’accompagnement des publics jeunes, jeunes adultes et adultes du territoire de la Communauté de Communes.

Pouvez-vous expliquer quelles sont vos différentes casquettes ?

Je travaille donc au sein de l’Atelier 17 Point Information Jeunesse intercommunal. Sur le territoire, je suis en charge de la prévention jeunesse, c’est-à-dire de tout ce qui touche les jeunes au quotidien : Emploi-job, Formation-Métiers, logement, santé, handicap, insertion professionnelle, loisirs, etc. Je reçois les jeunes et leurs familles, je réponds à leurs questions et leur donne les informations dont ils ont besoin.
Je suis aussi référente Relai Eurodesk, Point Relai de la plateforme mobilité de l’Oise et marraine à l’emploi, c’est-à-dire que je fais des coachings en partenariat avec les missions locales. Je peux utiliser les expo-quiz® avec n’importe laquelle de ces casquettes.

Vous m’avez parlé en particulier d’un « Challenge Fair-Play »…

Oui. Nous avons sur notre territoire un collège en quartier prioritaire qui organisait tous les ans un « Challenge Fair-Play ». L’établissement invitait des structures, dont la nôtre, pour qu’elles proposent aux élèves des ateliers. L’objectif était de capter les jeunes pour qu’ils puissent revenir vers nos structures par la suite.
Les jeunes, répartis en petits groupes de huit à dix, étaient accompagnés sur chaque atelier par un adulte, le « capitaine d’équipe », un gendarme par exemple. L’expo-quiz® que je présentais était choisie chaque année avec le chef d’établissement en tenant compte des thèmes évoqués par les autres structures participantes. Chaque groupe passait seulement quinze minutes sur les questions afin de garder du temps pour un débat de dix minutes.
Depuis deux ans, ce « Challenge Fair-Play » n’est plus organisé. J’ai donc mis en place des temps d’animation en centre de loisir et en mission locale, dans le cadre de la Garantie jeune.

Comment réagissent les jeunes à ces ateliers ?

Au début, tous les jeunes ont de l’appréhension. Ils se disent que ça doit être compliqué de répondre aux questions : « On ne va jamais y arriver, Madame ! ». Je dédramatise la situation en leur expliquant que ce qui importe, c’est la cohésion de groupe et la découverte des kakémonos, pas l’obtention de bonnes réponses. Je leur précise que « Tout ce qui est dit dans le groupe reste dans le groupe ». Leur appréhension diminue au fur et à mesure. Ce n’est pas quelque chose de commun pour eux d’avoir à faire à un outil de ce type.
Quand le temps est écoulé et le débat terminé, je leur dis toujours : « Je suis là pour en parler avec vous si vous le souhaitez. Vous pouvez continuer le débat avec moi dans nos locaux ». Cela les accroche et leur donne envie de venir au Point d’information jeunesse de l’Atelier 17. Il m’arrive parfois que des parents viennent car un jeune leur a parlé de l’atelier ! Les expo-quiz® créent du débat et de la discussion au sein des familles.

Pour conclure, que souhaiteriez-vous ajouter au sujet de ces outils ?

Au printemps 2019, nous allons accueillir deux collèges pour deux jours. Pour préparer l’évènement, j’ai présenté les expo-quiz® aux élus. Ils étaient impressionnés que nous disposions de tels outils.
Enfin, j’ai en permanence deux kakémonos extraits des expo-quiz® accrochés derrière mon bureau. Lorsque je reçois un jeune ou une famille, je les vois jeter un œil. C’est un bon point de départ.